MES PREMIÈRES LOCKS

Les locks qu’on appelle aussi « dreads » ou « dreadlocks », sont des coiffures dîtes ancestrales, qu’on retrouve un peu partout dans le monde. C’est pour cela que ses origines exactes, sont encore difficiles à éclaircir.

Néanmoins, nous savons que dans l’Egypte Antique par exemple, les locks étaient très répandues dans les familles royales. En effet, il n’était pas rare que les pharaons laissent leurs cheveux s’entremêlaient pour former des noeuds. Des siècles plus tard, plusieurs archéologues ont retrouvé des cheveux de pharaons qui ressemblaient à des locks, à l’intérieur des momies. 

C’était un style de coiffure qui se retrouvait aussi en Amérique du Sud ou encore en Asie et plus particulièrement en Inde. Et bien-sûr, cette coiffure était également très populaire chez les différents peuples d’Afrique. 

Durant ma petite vie, j’ai surtout admiré les dreads à travers les artistes comme Bob Marley, Rita Marley, Lauryn Hill…

Sans aucun doute, c’est surtout Bob Marley qui a plus ou moins internationalisé cette coiffure. Car à l’époque, c’était le seul artiste à avoir une grande renommée internationale. Qui arborait un style capillaire avec de longues locks qu’il aimait bien gesticulait lors de ses concerts… C’était alors un style qui était totalement inconnu des publics occidentaux. 

Mais en Jamaïque, les locks faisait plus ou moins partie de la vie courante et plus précisément dans les populations Rastafari. Le Rastafarisme est un mouvement qui est apparu vers les années 1920 en Jamaïque et dont les adeptes prônaient la liberté, le retour en Afrique des noirs jamaïcains, la lutte contre l’oppression, le système colonialiste… 

En effet, à la fin de l’abolition de l’esclavage, les administrations coloniales font appel à de nouvelles populations pour remplacer les esclaves africains. C’est comme cela que de nombreux Indiens arriveront sur l’île, et beaucoup d’entre eux arboraient un style de tresses ressemblant aux locks. Ces derniers auraient pu influencer les autres populations de l’île.  

Malheureusement, tous les Jamaïcains n’approuvaient pas spécialement les locks. Car certaines familles jamaïcaines issues des classes moyennes ou aisées, interdisaient leurs enfants de se coiffer ainsi. Elle était alors souvent associée à la pauvreté, aux délinquants, aux rastas qui étaient mal vu…

D’ailleurs, dans l’autobiographie de Rita Marley la femme de Bob. Celle-ci expliquait que lorsqu’elle avait rencontré Bob. Sa tante, qui l’élevait, refusait qu’elle fréquente, Bob ou qu’elle se réalise des locks. Lorsqu’elle a aussi arrêté d’aller à l’église pour se consacrer au mouvement rastafari, cette même tante n’était pas du tout ravie. 

De manière générale, dans l’ensemble de la Caraïbe, beaucoup de familles associent les locks aux délinquants, aux personnes « sales ». 

Mais de nos jours, beaucoup de jeunes caribéens et non-caribéens s’inspirent de cette coiffure et de toute l’histoire qui l’entoure. Les années 70 ont sûrement impacté cette nouvelle image, car c’est durant cette décennie que le reggae connaîtra ses plus grands succès. À travers bob et l’ensemble des chanteurs portants des locks, issus ou non du mouvement rastafari. La coiffure se démocratise, les jeunes se révoltent à travers celle-ci, plusieurs chanteurs de reggae incitent leurs fans du monde entier… c’est une RÉVOLUTION. 

Aujourd’hui, il existe aussi différentes techniques pour réaliser des locks. On peut en réaliser à partir de nos vrais cheveux, mais on peut en réaliser à partir de diverses extensions et de mèches. 

C’est l’option pour laquelle j’ai opté. Car si j’ai rêvé de locks dans le passé, je suis dorénavant plus tentée par celles dont je peux enlever à tous moments. Je ne suis pas déçue du résultat, car j’ai l’impression que ce sont tout simplement des vraies!

Si vous habitez dans la région parisienne, vous pouvez prendre rendez-vous auprès de ma coiffeuse Laury https://www.instagram.com/fausseslocks/

AUTRES ARTICLES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
15 + 11 =