RENCONTRE AVEC CINDY (PARTIE 3)

Nous retrouvons Cindy pour une troisième chronique. Cette fois-ci, c’est un billet voyage qu’elle nous expose.

Tout d’abord, elle nous présente sa ville d’origine, sa ville de naissance, ABIDJAN🇨🇮. Ne connaissant pas Abidjan et surement pour beaucoup d’entre-vous aussi, elle nous introduit directement à cette ville si dynamique et authentique.

Une ville qui l’a vu naitre, qui l’a vu grandir jusqu’à l’âge de 16 ans.

Depuis son plus jeune âge Cindy à eu la chance de voyager à travers le monde. De Lomé à New-York ou encore de Singapour à Londres, tous ces voyages à travers le monde ont contribué à sa grande ouverture d’esprit.

Le fait de voyager à différents endroits l’ont préparé pour la suite car dorénavant, elle ne se limite plus à partir vers l’inconnu pour plusieurs raisons.

C’est donc une rétrospective de ses voyages que nous avons aujourd’hui. J’ai toujours été admirative et fasciné par ces personnes qui portent un amour inconditionnel du voyage. Je pense que ce sont des expériences tellement enrichissantes et propre à elles-mêmes que nous n’avons pas toujours les mots pour les décrire.

Nous pouvons voyager une bonne dizaine de fois vers une même destination et il y a plusieurs choix possibles : soit nous avons toujours la sensation de revivre les mêmes souvenirs/expériences/anecdotes et que rien ne change, soit nous avons toujours la sensation de redécouvrir quelque chose comme si l’endroit changeait à chaque fois…

Abidjan est ta ville de naissance. Peux-tu nous la décrire ?

Peuplée d’environ 4 millions d’habitants Abidjan est la capitale économique de la Cote d’Ivoire. Avec une superficie 2 500 Km2, cette plaque tournante Ouest Africaine héberge un grand nombre d’acteurs économiques internationaux pour son dynamisme et sa géostratégie. Longtemps médiatisée durant les crises politiques et militaires, Abidjan a su se relever. Cette reprise en main a permis à Abidjan de gagner la confiance de nombreux investisseurs marocains, asiatiques ou français qui ont décidés d’injecter leurs capitaux dans la construction d’infrastructures telles que des centres commerciaux accueillant des enseignes européennes (Carrefour, Paul, La Fnac…) mais aussi dans la construction d’aménagements urbains à l’image du tramway ou de la future marina du plateau. De grandes institutions telles que la Banque Africaine de Développement ont décidées d’y implanter leurs sièges au sein du Plateau, quartier des affaires d’Abidjan.

Un dynamisme qui se voit aussi dans le domaine aérien, en effet Abidjan est la seconde ville d’Afrique à accueillir l’A380, l’avion le plus gros au monde. Air France compagnie aérienne leader en Côte-D’Ivoire, classe Abidjan au top des destinations les plus rentables du groupe AIR France KLM. Avec des billets relativement élevés, (700€ en moyenne) Air France ne cesse de voir ses vols pour Abidjan se remplir au point d’y ajouter 3 vols par jour.

D’un point de vue évènementiel la capitale économique ivoirienne fait beaucoup parler d’elle à l’échelle internationale. En effet après avoir accueillis les Jeux de la Francophonie en 2017, Abidjan ne cesse d’héberger des évènements politiques tels que le sommet de l’union africaine et européenne avec la venue de nombreux chefs d’état européens comme Emmanuel Macron, Angela Merkel et beaucoup d’autres.

Nous constatons une réelle volonté européenne de positionner Abidjan comme la plaque tournante économique, politique et même militaire ouest africaine car à titre d’exemple il y’a quelques mois, l’union européenne a décidé de construire sa première école de formation anti-terroriste dans la capitale Ivoirienne.

Parallèlement à ce dynamisme de façade, il est regrettable de voir que ce développement ne touche qu’une infime partie de la population ivoirienne. En effet depuis un certain temps les populations à faibles et moyens revenus sont confrontées à un fléaux grandissant et incontrôlable, celui des « microbes ». Nommé comme ça par les ivoiriens, les microbes sont des groupes de jeunes défavorisées et orphelins qui font régner la terreur dans les quartiers populaires d’Abidjan.  Drogue dures, braquages, bagarres, viols, assassinats, voici les faits d’armes de ces jeunes adolescents âgés entre 13 ans et 20 ans.

Malgré la mise en place de brigade « anti microbes » la police ne parvient pas à endiguer ce fléau des rues populaires d’Abidjan.

Les domaines éducatifs et sanitaires sont également délaissés par le gouvernement. Voir des étudiants à fort potentiel être privés d’école sous prétexte que les professeurs ne sont pas payés dans les temps est déplorable. Mourir dans des hôpitaux publics à cause d’un manque d’argent est chose courante à Abidjan.

Il est important que le gouvernement ivoirien se focalise sur des domaines prioritaires tels que la santé, l’éducation et la sécurité plutôt qu’à transformer Abidjan en une vitrine occidentale.

Il est vrai que voir son pays se développer fait plaisir mais il serait encore plus plaisant de voir un développement à tous les niveaux afin que toute la population ivoirienne puisse en bénéficier pleinement.

Hormis ce petit « coup de gueule » Abidjan est « The place to be » en Afrique de L’Ouest et toutes les stars de la télé, de la mode et de la musique vous le diront. Les ivoiriens sont chaleureux et accueillant. Ils sont connus pour être un peuple joyeux et très taquin  qui rigole de TOUT ! Même dans le malheur on dédramatise avec de l’humour et c’est ce qui fait notre charme. Voici quelques conseils pour les curieux qui voudront venir à Abidjan.

Quelles sont les activités à faire à Abidjan selon toi ?

Abidjan est connue pour la fête, c’est la capitale de la joie. Vous rappelez vous de la fameuse chanson de Singuila ? « Abidjan ici il y a la joie est-ce que ça ment ? ça ment pas ». La ville est connue pour ses ambiances nocturnes. Les fêtards seront servis. Vous pouvez faire un tour au Life star au plateau pour les BCBG, sinon je vous conseille les maquis pour une ambiance à « l’ivoirienne », surtout du côté de Yopougon (rire). Il y a également l’hôtel Ivoire où vous pouvez déguster un délicieux brunch les dimanches, ou même profiter du cadre et de la piscine. Pour les amoureux de l’art, je vous conseille le marché de la CAVA en zone 4, et le bushman café qui est un bar/ restaurant ou l’on peut prendre un verre dans un magnifique cadre artistique. Il y a aussi les marchés locaux à visiter pour une ambiance à « l’ivoirienne » (rire). Faites un tour au Sakan excellent restaurant gastronomique Ivoirien. Pour ceux qui recherche des maquis, je conseille « Miss Zahoui» à la riviera pour frapper un vrai Atiéké/ Poisson. Il y’a plein d’autres adresses que je ne pourrais citer, mais renseignez-vous une fois sur place 😉

Au-delà d’Abidjan, je vous conseille de visiter Assinie qui est une station balnéaire se trouvant à environ 100 km d’Abidjan. C’est un véritable paradis sur terre. Entre mer et Lagune, vous ne serez pas déçu. La station balnéaire est d’ailleurs reconnue mondialement. Notre cher ex président Sarkozy y va d’ailleurs régulièrement.  Faites un tour au coucoué lodge, où au marine de babihana ou simplement aller visiter un ami qui a une villa ou un cabanon. De nombreux Européens ou Africain passent leurs week-end sur Assinie. Ils partent le vendredi soir et reviennent le dimanche soir. C’est plaisant et agréable. Cette ville séduira tous les amoureux de la plage.

Je vous conseille aussi Grand-Bassam près d’Abidjan, environ à 20 minutes, qui est une ville historique. Je recommande le quartier France considéré comme le cœur de la ville et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est aussi une station balnéaire, elle est connue pour ses plages fréquentées et bordées de palmier. Vous pouvez manger dans les nombreux restaurants en bord de mer proposant pour la plupart, des spécialités typiquement local.

Vous pouvez aussi visiter Yamoussoukro, qui se trouve à environ 3h de route d’Abidjan, mais il y a moyen de s’y rendre en avion. C’est la capitale politique du pays. La ville est connue pour sa basilique Notre-Dame de la paix qui est l’édifice religieux catholique le plus grand au monde.  Son apparence est semblable à la basilique saint pierre de Rome.

Il y a également San Pedro qui se trouve au sud-ouest de la côte d’Ivoire. C’est la ville touristique de la Côte-d’Ivoire. Faites un tour aux plages de Monogaga, à la baie des sirènes et Dawa. Vous ne serez pas déçu 😉

Combien de langues parles-tu ? 

Je parle deux langues. Une parfaitement, le Français qui est ma langue de naissance, paternelle et maternelle. Cependant, je me débrouille plutôt bien en anglais grâce à mes différents voyages dans des pays anglophones, mais je suis loin d’être bilingue. Disons que je tiens une conversation.

Quelles sont les découvertes culinaires de la Cote-D’ivoire ? 

La cuisine Ivoirienne est très variée du fait que nous sommes un pays composé d’environ 60 ethnies comme écrit précédemment. Ainsi chaque peuple à sa nourriture. Nous avons l’attiéké, notre plat national qui aujourd’hui est reconnu dans toute l’Afrique voir mondialement. C’est un accompagnement. Il s’agit de la semoule de manioc. On l’accompagne de poisson, poulet etc. On peut aussi manger l’attiéké avec des sauces notamment la sauce claire, ou encore le kédjénou qui est justement le plat typiquement BAOULÉ.

Kédjénou veut dire « remuer dedans » en baoulé. Cette sauce se prépare traditionnellement dans un canari, un récipient en terre cuite, recouvert de feuille de bananier. Pendant la cuisson c’est là qu’il faut remuer et secouer la casserole ou le canari pour ne pas que la sauce colle le fond d’où le nom de « Kedjenou ». Attention, il ne faut surtout pas ouvrir la marmite pendant la cuisson. C’est la spécificité de cette recette.

Le Kedjenou de Poulet

En parlant d’attiéké il faut aussi goûter à notre garba, c’est LA spécialité Ivoirienne par excellence : c’est de l’attiéké accompagné de thon, huile, piment vert, tomate et cube Maggi. Un délice !  Vous avez aussi l’alloco, autre accompagnement (banane Plantain coupé en petit morceaux que l’on fait frire), on en retrouve partout en Afrique et dans la caraïbe.

Le plat ci-dessus se prénomme le Garba. Il est composé de poisson avec l’attiéké, d’ignam ainsi que des bananes plantains (aloco)

En ce qui concerne les sauces : arachides, graine, gombo, aubergine, pistache, pèpè soupe, feuille et j’en passes. Vous avez aussi le riz gras et plein de petites gourmandises tels que les « gbofloto » appelé aussi « aller-retour » car quand on y goutte on revient toujours. Ce sont des sortes de galettes que l’on peut déguster avec du sucre en poudre, il y a aussi les « croquettes » etc.

Sauce claire accompagnée de fruits de mer et de viande, foufou (banane écrasée avec de l’huile rouge), attiéké naturel et attiéké huile rouge

Dans les rues d’Abidjan vous pouvez déguster le « pain brochette » et le « choukouya » (poulet, mouton, bœuf cuit sur des grands barbecues en direct devant vous et vendu à presque tous les coins de rue) accompagné de piment « kankankan » comme on dit au pays, qui est le piment en poudre, ainsi que des morceaux d’oignons, de piment vert et de tomate, qui sont également des incontournables de la nourriture Ivoirienne. UN AUTRE DÉLICE.

Le Choukouya
Le fameux Pain et Brochettes

Pour les boissons : Bissap (Jus d’hibiscus), Gnammankou (jus de Gingembre) et bien d’autres encore.  Vous l’avez compris la nourriture Ivoirienne est tellement diverse et variée que je ne saurais toute la cité, même moi je n’ai pas fini de la découvrir. Mon pays regorge de grandes richesses culinaires (rire).

Je sais que tu es une grande voyageuse ! Quels sont les pays que tu as déjà visité et quelles ont été tes destinations favorites ?

C’est vrai que depuis petite j’ai eu la chance de découvrir plusieurs destinations avec mes parents lors des grandes vacances scolaires.  J’ai visité en Europe : La France , L’Italie, Venise, L’Espagne, le Portugal, Ibiza, Palma de Majorque, le Luxembourg, l’Allemagne, L’Angleterre, la Grèce et la Belgique. En Afrique : La Côte-d’Ivoire, Cape Town en Afrique du sud, le Ghana, le Sénégal (Dakar), le Togo, Gabon et le Maroc (mais de passage avec mes parents j’ai donc des souvenirs vagues) et le Nigéria. L’Amérique : Les États Unis (New York et Miami). L’océan indien : l’ile Maurice et enfin L’Asie : Bali, Singapour, Dubaï. Je crois n’avoir rien oublié (rire).

Cindy à l’Ile Maurice

Mes destinations favorites sont : La Côte d’Ivoire et la France évidemment, car on n’est jamais mieux que chez soi (rire), pour ce qui est de l’étranger voici l’ordre de mes destinations phares :

Cape Town en Afrique du sud : Comme j’aime bien le dire c’est ma «ville de cœur ». Je suis vraiment tombée amoureuse de cette ville et sa diversité. Je m’y suis rendue pour la première fois en vacances avec ma famille en décembre 2012 et j’avais déjà beaucoup aimer, bien que je ne sois restée qu’une semaine. J’ai eu la chance de retourner en 2017 dans le cadre du mannequinat et je suis restée 4 mois en tout. J’ai pu découvrir cette magnifique ville en long, en large et en travers. Il y en a pour tous les goûts : Ville, montagne et plage. Les paysages sont à couper le souffle et il y a une atmosphère vraiment unique au monde, avec un mélange d’Afrique, D’Europe et d’Amérique. Il y a vraiment une forte diversité et c’est ce que j’aime. Beaucoup d’activités aussi à faire. Bref vous l’avez compris c’est une destination incontournable.

 

Cindy avec son frère, sa belle-soeur et un ami

New York : Je me rappelle encore la première fois que j’ai mis les pieds dans cette ville. J’avais 8 ans. C’était en 2002, juste après les attentats du 11 septembre. Quand mon père nous a annoncé qu’on partait à New York, je n’avais pas envie car j’avais peur à la vue des images choquantes des avions qui percutent les tours jumelles.  Mais vous pouvez imaginer que cette peur s’est complètement envolée dès l’instant où j’ai atterri ! Je n’oublierais jamais l’image de Time square et toutes ses lumières ainsi que ses grands buildings ou le spectacle du roi lion à Broadway. J’ai encore l’image de la statut de la liberté en tête et le tour en hélicoptère où j’ai eu la chance de voir la ville de haut. Je n’aurais jamais imaginé que 15 ans plus tard, je vivrais ici. Au-delà de cette image « féérique », j’ai eu la chance de revenir 3 fois plus grande et ce que j’apprécie à New York, tout comme Le Cap est cette diversité, son mélange de culture en une seule ville. C’est incroyable d’une avenue à l’autre tu changes COMPLETEMENT d’ambiance et même de culture. Tu Peux être en Afrique et 400m plus loin en Chine, puis en France et ainsi de suite. Ce que j’apprécie également ici, c’est qu’ils aiment les personnes aux fortes personnalités et les leaders, puis pour le mannequinat c’est une grâce d’être en agence dans cette ville car c’est ici que les mannequins internationaux sont basés, et c’est très difficile de décrocher un contrat en agence, car il y a une très forte concurrence. New York peut donc être un réel tremplin dans une carrière de mannequin. C’est une opportunité à saisir et cela peu importe l’issue, il y a plus à gagner qu’à perdre, mais il ne faut tout de même pas idéaliser les Etats Unis , il y a des réalités..

Cindy et des amis à New-York en 2018

Cindy et sa grande soeur Mélinda à New-York en 2012.

New York  est  aussi réputé pour être la ville qui ne dort jamais et ça c’est vrai deh ! ( rire)

Cindy et sa petite soeur Kelly à New-York en 2012.

Bali en Indonésie : J’ai découvert Bali récemment en mai 2017. Je suis tombée amoureuse de cette Île. Elle est très pauvre et vit du tourisme. Mais ce qui m’a vraiment choqué (dans le bon sens) est la gentillesse extrême de ce peuple qui n’a quasiment rien et qui pourtant est prêt à tout pour donner à son prochain. On dit que ce sont ceux qui en ont le moins qui en donne le plus, c’est véridique ! Au-delà des habitants j’ai aussi apprécié les temples surtout.

 

 

 

 

 

 

 

Est-il important de voyager ?

Enfin je pense que oui, il est important de voyager car ça ouvre l’esprit et permet d’avoir une vision différente du monde. Cependant, certaines personnes ne peuvent pas se le permettre, mais en 2018, nous avons accès à internet ou des livres pour s’instruire sur les différentes cultures du monde.


Et vous, combien de pays avez-vous visité ? Cindy vous a t-elle donné envie de visiter d’autres horizons ? Voici d’autres captures pris par Cindy lors de ses voyages

 

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR ANDIE OXYBEL 

RENDEZ-VOUS LA SEMAINE PROCHAINE POUR LA DERNIÈRE PARTIE

Facebook 0 Twitter 0 Mail

OTHER ARTICLES

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *