MEETING WITH NDÉLA FAYE

 

ndela-f2

C’est en lisant son article intitulé  » Fière d’être citoyenne du monde «  dans le courrier international que je découvre le parcours de Ndéla Faye. Journaliste indépendante à Londres, Ndéla est ce qu’on appelle une enfant de « troisième culture« . C’est sans hésiter une seule seconde, que je l’ai contacté afin de l’avoir avec nous sur le blog. Car elle représente parfaitement les valeurs de Naïra Culture. Elle a été bercée dans un milieu métissé depuis sa naissance, ses différents pays d’accueil ainsi que ses expériences font d’elle une femme du monde. Très fière de ce qu’elle est et de ses cultures, je vous laisse avec elle, le temps d’un article.

 

« Kiitos paljon ! Jook a njal a paax ! »

 

Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Ndéla Faye, journaliste indépendante.

Ou es-tu né, ou as-tu grandi et où vis-tu ?

Je suis née à Helsinki, Finlande. J’ai une mère finlandaise et un père sénégalais. J’ai vécu en Finlande jusqu’à mes 8 ans et après ça j’ai vécu au Luxembourg, en Belgique et depuis 10 ans maintenant, à Londres.

dakar-senegal
Dakar, Senegal
Helsinki, Finland
Helsinki, Finland
luxembourg-ville
Luxembourg, Luxembourg
bruxelles-belgique
Bruxelles, Belgium

Parles-tu plusieurs langues ?

Je parle finnois, anglais et français couramment, espagnol assez bien et je suis en train d’apprendre japonais, irlandais et seereer, la langue de mon père.

Que représente pour toi voyager ?

Voyager représente pour moi un privilège extraordinaire, qui offre un tat d’opportunités  d’apprendre et à ouvrir les yeux.

Quel est le voyage qui t’a le plus marqué ?

Probablement mon dernier voyage au Sénégal. C’était ma première fois au pays entant qu’adulte, et j’ai pu reconnecter avec ma famille et redécouvrir l’histoire de ma famille  d’une  nouvelle perspective.

 

 

Depuis que tu es toute petite, tu voyages beaucoup avec tes parents. Mais comment s’est passé à chaque fois ton adaptation dans le pays d’accueil ?

Franchement, je me souviens pas comment ça s’est passé quand j’étais petite. Mais je suis assez sociale comme personne, et je pense que ça m’a beaucoup aidé à trouver mes propres cercles d’amis très vite.

ndelaf1

Ton métissage et ta vision des choses me poussent à être intrigué par le couple formé par tes parents. Comment se sont-ils rencontrés ?

Mon père est venu en Finlande pour étudier. À l’époque, il n’y avait pas beaucoup d’Africains dans le pays, mais heureusement, les choses ont changé depuis et la Finlande est un peu plus multiculturelle maintenant.

etudiants-africains1
Etudiants africains à l’époque

As-tu eu des difficultés concernant ton métissage ou ta couleur de peau ?

Oui, mais à cause de moi-même, plutôt que des causes extérieures. Je me sens souvent « différente » : je suis trop noire pour être finlandaise, mais trop blanche pour être sénégalaise. Parfois j’aimerais bien passer inaperçu et me fondre dans la masse, mais je sens que même avant que j’ouvre ma bouche, c’est évidant que je suis « différente ».

ndelafaye_picture

Le couple de tes parents a été formé à une génération différente de la nôtre donc les choses étaient un petit peu moins ouverts qu’aujourd’hui. As-tu vu tes parents rencontrer des difficultés à cause de leur « différence » ?

Mon père m’en parle rarement, mais je sais qu’il a vécu le racisme en Finlande. Mais la plupart des gens ont été correct avec lui et il garde de bons souvenirs de sa vie là-bas.

Avec les nombreux voyages que tu as effectués et les nombreux lieux où tu as vécu, je suppose que tu as des éléments (objets décoratifs, saveurs culinaires…) de tous ces pays chez toi ?

C’est surtout les saveurs culinaires qui me manquent, mais je me suis préparée pour ces moments : j’ai des chanterelles jaunes et airelle rouges séchés de la Finlande et feuilles d’hibiscus séchés du jardin de ma tante au Sénégal pour faire du bissap !

 

 

Aujourd’hui tu es devenue journaliste. Est-ce le métier dont tu as toujours voulu exercer ?

Oui et non. Je voulais devenir écrivaine quand jetais toute petite, mais j’ai vite oublié ce rêve. J’étais un peu perdue pendant quelques années, et j’avais du mal à trouver quel métier je devrais poursuivre, mais j’ai redécouvert ma passion pour l’écriture. J’adore écrire plus que tout et je me sens chanceuse d’être capable de pouvoir le faire comme métier.

En plus d’avoir vécu à Londres, tu es aussi actuellement basée dans cette ville où tu collabores avec The Guardian. Pourrais-tu nous parler de la diversité à Londres ?

Londres et une des villes les plus diverses au monde, avec prêt de 40% de la population qui sont nés en dehors de l’Angleterre. La diversité est évidente partout dans cette ville, et elle prospère à cause de ça, à mon avis.

DTGFP_Whitechapel4.jpg Whitechapel High Street East London
Whitechapel est un quartier de Londres, connu pour être très multiculturel
brixton-market
Brixton est le quartier populaire afro de Londres (Caraïbes,Afrique)

Quel est ton plat favori ?

Haha, ça change dépendant de mon humeur. En ce moment : thieboudienne ?

thieboudienne
Le thieboudienne est l’un des plats locaux très populaire au Sénégal

Quelles sont tes influences musicales ?

Un vrai mix, aussi dépendant largement de mon humeur : rock, pop, reggae, r&b, soul, house – même le country des fois !

Quelle est la femme qui t’inspire le plus ?

Ouf, comment choisir ? En ce moment, je suis en train de lire les autobiographies de Maya Angelou et elle m’inspire beaucoup. Malgré tout ce qu’elle a vécu, elle a suivi son cœur et ses rêves sans crainte et avec orgueil. Elle était incroyablement forte, têtue et déterminée !

maya-angelou
Maya Angelou est une écrivaine et activiste afro-américaine. Figure importante des mouvements des droits civiques américains, elle est aujourd’hui une figure emblématique aux Etats-Unis. Elle meurt en 2014 à l’age de 86 ans

Que penses-tu de la condition de la femme dans le monde ?

On a encore un long chemin à parcourir et beaucoup de travail à faire.

Pour finir. Pourrais-tu nous dire quelques mots dans la langue de ton père ou bien en langue finlandaise ?

Kiitos paljon ! Jook a njal a paax !

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR OXYBEL ANDIE 

Facebook 0 Twitter 0 Mail

OTHER ARTICLES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *